L’expérience offerte aux visiteurs d’un site web est déterminante pour son succès et son niveau de fréquentation. Chaque projet de conception UX est bien sûr différent, et soumis à un cahier des charges spécifique. Pour autant, il est possible d’identifier quelques règles universelles de webdesign qui seront toujours bénéfiques pour la qualité de l’interface utilisateur (User Interface ou UI) et, plus globalement, pour celle de l’expérience utilisateur (User eXperience ou UX).

1) Respecter les standards de l’UX design

L’ergonomie web a connu des progrès considérables en seulement quelques décennies. L’interface rudimentaire et typique d’un site des années 1990 a laissé la place à des architectures esthétiques et fonctionnelles, conçues pour un affichage optimal sur ordinateur, mais aussi sur mobile.

Au cours des dernières années, une standardisation du design web a pu être observée autour d’un ensemble de bonnes pratiques. Cette évolution est due, notamment, aux travaux théoriques menés – entre autres – par Jesse James Garrett, au perfectionnement constant des systèmes de gestion de contenu pour les sites web (content management system ou CMS) ou encore, à la recherche d’un référencement performant sur Google (Search Engine Optimization ou SEO).

Les utilisateurs d’une application mobile ou les visiteurs d’un site web ont acquis un certain nombre d’automatismes dans leur façon d’interagir avec une interface ou un contenu. Il est particulièrement risqué d’opter pour un design trop novateur et qui, sous prétexte d’originalité, voudrait rompre avec les normes ergonomiques existantes. Ainsi, un UX designer avisé n’hésitera pas à explorer les sites concurrents les plus populaires, et à en tirer des enseignements précieux pour la phase de conception.

2) Privilégier un design simple et universel

L’ajout non ordonné de contenus ou de fonctionnalités peut avoir un effet contre-productif sur la qualité globale de l’expérience utilisateur. Sur un site web ou une application mobile, l’excès d’information va directement nuire à la lisibilité de l’ensemble et générer une réaction négative chez le visiteur. Il convient donc de s’assurer que :
• Chaque page remplit une fonction précise et bien délimitée. Dans le cas d’une boutique en ligne, par exemple, le récapitulatif de commande ne doit afficher que les seules informations nécessaires pour conclure l’achat (produit acheté, prix, mode de livraison, adresse…).
• Tous les éléments de l’interface et de la page sont instantanément compréhensibles pour l’utilisateur, sans explication supplémentaire à apporter.
• Les informations complémentaires, lorsqu’elles sont utiles mais non essentielles, intègrent de préférence le bas de page. De cette manière, elles n’occupent pas d’espace à l’affichage, mais restent aisément accessibles.
• Le contenu de la page est visualisable sans difficulté sur n’importe quel appareil fixe ou mobile, conformément aux principes du responsive design.
Encadré : L’UX design n’est jamais terminé
Aucun site internet ne propose d’emblée une expérience utilisateur optimisée à 100 %. La mise en ligne suppose ensuite un minutieux travail de suivi et d’analyse du comportement des visiteurs.
Un outil comme Google Analytics permet, par exemple, de déterminer facilement combien de temps les utilisateurs passent sur le site, et d’en déduire des marges d’amélioration de l’UX/UI. Une agence spécialisée en webmarketing pourra apporter son expertise sur le sujet.

3) L’importance du contenu détermine sa visibilité

Une interface efficace fait automatiquement ressortir les éléments les plus importants du contenu, pour en optimiser l’impact visuel. Elle les positionne, par ailleurs, à des endroits intuitifs pour le visiteur. En webmarketing, les règles à ne pas oublier incluent :
• La mise en contraste des boutons d’appel à l’action (call-to-action ou CTA). La différence de couleur, de forme ou de typographie renseigne immédiatement les futurs clients et les incite à cliquer.
• L’intégration d’une barre de navigation claire et cohérente sur chaque page, qui permet facilement de revenir en arrière ou de changer de section au sein du site.
• La visibilité des boutons de partage pour les réseaux sociaux, à positionner de préférence sur la gauche d’un contenu.
• Un champ de recherche aisément identifiable en haut de page, avec le symbole de la loupe en évidence.

Concernant le choix des couleurs, enfin, d’autres conventions tacites sont à respecter :
• Une couleur sourde (sobre) doit être préférée pour l’arrière-plan.
• Le bleu est réservé aux liens URL.
• Le rouge est réservé aux éléments et informations prioritaires, notamment les messages d’erreur ou d’alerte.

4) Visualiser et anticiper le parcours de l’utilisateur

Pour optimiser une UI (User Interface) et offrir aux clients une expérience sans aspérité lors de l’achat d’un produit, il est nécessaire de prendre en compte leur cheminement naturel sur le site. La visualisation du parcours utilisateur débute à la première page visitée – le plus souvent la page d’accueil ou « landing page » – et se poursuit de façon différente selon l’information ou le service que le visiteur recherche.

Les tests utilisateurs permettent de vérifier la fluidité de chaque parcours possible, et d’éliminer tous les obstacles inutiles qui pourraient nuire à l’expérience globale. Ils sont d’autant plus importants si le site web a une fonction vente, la priorité étant alors de raccourcir le tunnel de conversion au maximum, quel que soit le cheminement emprunté.

Les principes permettant de réussir l’élaboration de l’UX et de l’UI d’un site web sont d’une grande simplicité en théorie. Tout l’enjeu consiste à les assimiler et à les traduire en une interface concrète, qui répondra aux attentes du plus grand nombre. Le conseil d’une agence web spécialisée sera le bienvenu pour faire aboutir cet aspect essentiel du projet.

Les trois points clés à retenir :
• Une UX de qualité ne révolutionne pas les usages communément admis en design web.
• La simplicité, la concision et la sobriété doivent être recherchées pour chaque page.
• Quelle que soit la pertinence ressentie d’un design, c’est l’utilisateur final qui décide.

Plus d'infos

Ces prestations pourraient également vous intéresser