Toute entreprise est un jour confrontée au besoin de refonte de site internet ou au projet de création de site web. Une des composantes d’un tel projet est la réalisation du webdesign, fondement d’un site efficient. Celui-ci est à concevoir longtemps avant la mise en ligne du site et son référencement sur Google. Le processus d’un web design réussi se compose de plusieurs phases principales, chacune étant composée d’une multitude de sous-étapes. Voici les grandes étapes de construction d’un design de site web, tenant compte à la fois de la forme et de la fonction.

La définition des besoins

Les sites web bien conçus offrent plus que de l’esthétique. Ils attirent les visiteurs et les aident à comprendre le produit, l’entreprise et la marque par l’entremise de multiples indicateurs, comme les visuels, le texte et les interactions.
Une fois que sont identifiés les objectifs du site, il est possible de définir les pages web et les fonctionnalités dont le site a besoin pour les atteindre. Savoir quelles pages et sous-pages existeront est une première étape essentielle dans le processus de conception du site web.
Élaborer ensuite le plan du site permet de conceptualiser la façon dont les contenus et les caractéristiques seront liés. Le plan se compose, à ce stade préliminaire, d’organigrammes. Il s’agit de développer l’architecture interne du site web et sa navigation : le plan de site doit présenter l’ensemble des pages demandées, ainsi que les liens permettant de passer de l’une à l’autre.

L’étape de la recherche d’inspiration

Si votre service marketing a défini des personas afin de représenter les différents clients types de votre entreprise, le webdesigner doit en prendre connaissance. Celui-ci créera un design web différent selon le domaine d’activité et les personas. Un webdesign convenant à une cible de banquiers d’affaires ne saurait être pertinent si vous visez une audience de férus de randonnée en montagne.
L’entreprise elle-même, ou l’agence web en charge de la création graphique, doit consacrer du temps à recenser des sources d’inspiration design. Pour ce faire, deux voies sont possibles.
La première est de réaliser un benchmark d’inspiration, en listant des sites existants, concurrents ou pas, et de décrire les éléments qui plaisent, et ceux qui déplaisent.
La seconde est de réaliser un moodboard. Il s’agit d’un assemblage d‘images, de textes, de polices, de couleurs, parfois aussi d’objets. Ce moodboard permet d’exprimer l’ambiance vers laquelle doit tendre le style du projet.
Si c’est le webdesigner d’une agence web qui se charge de ce travail, il le soumet à la validation du client avant de passer à l’étape suivante.

L’organisation du contenu

Si les contenus servent à optimiser le référencement naturel pour Google et autres moteurs de recherche, ils ont pour but principal d’informer le visiteur. La phase du webdesign a notamment pour objectif une organisation du contenu la plus efficiente possible.
Il faut donc déterminer le contenu, puis l’organiser pour l’ensemble des pages du site. Il est largement préférable de disposer, dès cette étape, de véritables contenus avec lesquels travailler.
Leur hiérarchie et les principaux appels à l’action doivent être bien identifiés avant d’entrer dans la phase de mise en page et de présentation exactes des contenus.

Le maquettage fonctionnel

Les fonctionnalités à intégrer, identifiées au préalable, permettent de développer des wireframes. Il s’agit de maquettes fonctionnelles, sous la forme de schémas « en fil de fer » permettant de définir les zones et composants que l’interface utilisateur doit contenir.
Ces maquettes peuvent être réalisées via de simples croquis sur un tableau blanc ou de manière numérique, pour une communication entre une agence et une entreprise cliente. Le « zoning » d’une page identifie les différentes sections et les schématise à l’aide de blocs ou de boîtes, tracés d’une simple ligne.
Le webdesigner aborde aujourd’hui cette conception sous l’angle du « mobile first » et réalise des maquettes pour les différents supports de visualisation (mobiles, tablettes, ordinateurs de bureau…).
Chacune des pages contient dans son wireframe un certain nombre d’éléments comme :
• l’en-tête (ou header),
• le menu,
• l’emplacement des divers contenus,
• le bas de page (ou footer).

Le maquettage couleur

Une fois le maquettage fonctionnel validé, arrive l’étape de réalisation de maquettes représentant réellement l’apparence du site internet. Certaines pages pivots sont choisies pour illustrer le rendu qu’offrira l’ensemble du site.
Le maquettage couleur se base sur le moodboard réalisé auparavant, ainsi que sur la charte graphique de l’entreprise. Lors de cette étape, divers éléments sont définis :
• des polices de caractères lisibles s’accordant bien entre elles,
• la palette des couleurs,
• la présentation du menu et du type de navigation.
Le maquettage graphique intègre des éléments visuels comme le logo, des images, des pictogrammes. Il permet d’intégrer la couleur aux wireframes et de présenter clairement l’interface qui sera visible par les utilisateurs du site. C’est le domaine où le webdesigner soigne l’expression esthétique du site.

Dans un projet de conception de sites web ou de refonte d’un site internet existant, la phase webdesign est primordiale. C’est la base solide sur laquelle se fonde un site performant techniquement et fonctionnellement. Afin de réaliser des fondations aussi solides que possible, il est judicieux de profiter des compétences en la matière d’une agence web. Elle dispose d’équipes aguerries, de processus performants et de toutes les compétences nécessaires pour faire du projet web d’une entreprise un succès à long terme.

Plus d'infos

Ces prestations pourraient également vous intéresser